Avril 2021 : Quarantaine à Tahiti

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 1.jpg.
Notre horizon pour 10 jours

D’ordinaire, j’imagine que lire le blog Oxygen vous permet de vous évader un peu de votre quotidien, histoire de voir d’autres horizons etc etc …. Pour vous aérer les neurones….Mais cet article va être un peu différent car retourner sur Oxygen, en temps de crise sanitaire Covid, c’est une aventure aussi mais d’un autre genre….
Au cours de la crise Covid, la Polynésie a tout fait pour se protéger car 2 facteurs particulièrement aggravants peuvent avoir des conséquences catastrophiques, encore plus qu’ailleurs dans le monde :
– C’est en Polynésie que le taux d’obésité est le plus fort au monde avec ses conséquences médicales que sont diabète, hypertension etc etc. Donc une population à très haut risque.
– Par ailleurs la Polynésie est étendue sur une superficie identique à l’Europe avec 1 seul vrai hôpital situé à Papeete sur l’île de Tahiti, la « capitale ». Ensuite il y a 2 « annexes » hospitalières (à Nuku Hiva aux Marquises et à Raiatea dans l’archipel des îles sous le vent), et pour toutes les autres îles et atolls il y a des dispensaires (souvent sans médecin, disons que ce sont plutôt des infirmeries) ou rien du tout !!! et beaucoup d’îles et atolls n’ont pas d’aérodrome, il faut donc évacuer par hélicoptère ou bateau si pas trop grave/urgent…
Vous comprenez donc que toute épidémie est à endiguer impérativement, encore plus qu’ailleurs…
Et, pour compliquer la situation :
– Le tourisme rentre pour une grande part dans l’économie locale.
– Le territoire est très dépendant des USA et Asie pour les denrées alimentaires et marchandises (matériaux de construction, matériels infrastructures routes/télécom, biens de consommation courante etc etc..). Le territoire ne produit à peu près rien !!!
Un véritable casse-tête pour le gouvernement polynésien : comment s’isoler sanitairement tout en continuant les échanges ….
Du coup, pour vous divertir, j’vous ai concocté un p’ti article de blog concernant notre arrivée en Polynésie le mercredi 14 avril dernier, nos conditions d’admission et de « détention » en quarantaine.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 1bis.jpeg.
Notre hôtel vu d’un drone
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 2.jpg.
Mis à profit de la quarantaine pour bronzer : attention les filles confinées, le soleil tape dur ici !!

Avec la crise sanitaire de la Covid « primaire », la Polynésie a essayé plusieurs méthodes qui ont plus ou moins bien fonctionné.
Début 2021, à l’apparition des variants ce fut la panique en raison de leur forte contagiosité. Ainsi à/c du 3 février le gouvernement polynésien n’autorise plus que les personnes avec motif ABSOLUMENT IMPERIEUX d’ordre familial/personnel, professionnel ou médical à fouler le sol polynésien, le tout assorti d’une quarantaine de 10 jours en « centre dédié ».
Nous avons donc soumis une demande, dossier dûment argumenté et justifié, au haut-commissariat de la Polynésie dès le 13 mars pour un vol le 14 avril, le tout agrémenté de quelques conversations téléphoniques nocturnes en raison du décalage horaire.
Comme l’administration se réservait le droit de répondre jusque 48h avant le départ ce fut un bon suspense…..
Les réservations de billets d’avion Air Tahiti Nui étaient repoussées tous les 4/5 jours….
Nous avons tout de même :
– Fait nos quelques bagages : 4 valises soute et 2 sacs cabine totalisant 100kg…. ( Pas de maillots de bain mais plutôt hélice de moteur d’annexe, coussins de cockpit, palmes, joints de hublots, cales des dérives mais aussi alcool de mirabelles et commandes/cadeaux pour les copains…).
– Subi le test PCR à J-3.
– Dit au revoir aux copains/familles.
Quand, enfin, on a eu une réponse favorable 52h avant le vol : YOUPI et OUF !!!!!
Désormais l’inconnu ce sont les conditions de quarantaine….. le « centre dédié » ?
Je vous passe le détail de la paperasse à prévoir pour passer l’enregistrement à Roissy : Attestation Haut-commissariat, résultat test PCR, autorisations ETIS, attestation sur l’honneur, Demande de centre dédié pour la quarantaine, AVE pour l’escale au Canada…
S’il manque un papier c’est retour maison, la compagnie aérienne ne prend pas le risque d’embarquer un passager non autorisé car sinon elle doit le ramener en métropole….(sincèrement je ne sais pas qui paie dans ce cas mais c’est arrivé : imaginez, vous faites 24h d’avion et illico vous retournez en métropole…rebelote 24h de vol et dix de der…).
Le vol se passe très bien, nous ne sommes que 70 passagers, personnel attentionné comme toujours, escale à Vancouver avec ses sommets enneigés en salle de transit isolée…
A l’arrivée à Papeete, 21h30, on ne peut pas s’échapper, une vingtaine de personnes vérifie les attestations, remise du pack autotest à réaliser à J+4, douane, attribution des dossiers de centre dédié : nous apprenons que nous effectuerons notre quarantaine à l’hôtel Tahiti Pearl Beach Resort : ça sent bon, il y a Beach dans le nom de l’hôtel…
Un bus sanitaire nous achemine avec 30 autres personnes à l’hôtel situé à Arue, au nord de Papeete.
Petit comité d’accueil sans cocktail mais avec Jean-François, notre « intendant » qui nous explique les règles du jeu pour les prochains 10 jours :
– 1 chambre par personne ou couple, toutes dans une zone de l’hôtel dédiée quarantaine
– 1 jardin commun d’environ 500m², délimité par des rubalises orange à ne pas dépasser sinon…
– J+4 : auto prélèvement PCR à réaliser (pas nouveau, en vigueur depuis cet été)
– J+8 : un labo d’analyses de Papeete vient nous faire test PCR
– 1 kit de survie est remis à chacun avec notice d’informations & conseils, 12 bouteilles d’eau, 4 PQ, 1 savonnette, 6 sacs poubelles, lessive linge, détergent, 1 boite de mouchoir et 1 paquet de masques chirurgicaux (liste exhaustive).
– 3 repas jour (6h30, 11h30 et 17h30, dans des barquettes individuelles polystyrène et couverts plastique) déposés par un traiteur. A déguster en chambre ou dans le jardin commun.
– Pas d’alcool
– Pas de visites
– Interdiction de se visiter les uns les autres dans les chambres, on ne peut rencontrer les autres confinés qu’au jardin
– Pas de ménage ni de changement de draps/serviettes de bain
– Si une connaissance extérieure dépose un colis à notre intention, Jean François doit le contrôler….
– Pas d’accès à l’hôtel « normal », donc pas de piscine, pas de plage, pas de bar/resto…
– En plus de Jean-François il y a 3 à 4 gardiens qui surveillent nos allées et venues (pas armés tout de même)
– Participation financière de 6000 francs polynésiens/jour/personne soit 50€. C’est le même prix pour tout le monde.
– Et si et seulement si les 2 tests à J+4 et J+8 sont négatifs, on peut sortir le 10iéme jour….. Suspense….
Là, il est minuit, tu viens de faire 24h d’avion, t’es assis sur ton quintal de bagages, tu te dis : pas grave, on va survivre !

Le jardin à gauche OK mais la plage à droite : NON, strickly forbidden !!!
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 4.jpg.
Nos frontières…

L’intendant Jean-François, JF pour les intimes, est notre référent, c’est le Geôlier Chef, il est présent 24h/24, 7j/7, loge dans une des chambres de la zone Quarantaine. Il répond à nos questions, accède à nos requêtes…ou pas !!
Il y a au total 150 places pour quarantaine reparties sur 4 hôtels à Tahiti pour toute la Polynésie.
Donc les dossiers pour motif impérieux acceptés sont peu nombreux.
On a rencontrés des infirmiers métropolitains qui viennent pour travailler 1 an aux Marquises, un pompier, un chef d’entreprise résident de Tahiti qui était en métropole pour affaires, un médecin résident de Raiatea qui a visité sa maman gravement malade en métropole, une surfeuse de haut niveau qui vient pour entrainer des sportifs sur le site de la très fameuse vague Teahupo’o, une métropolitaine qui vient visiter sa fille qui accouche bientôt…

Mis à dispo des plats traiteur !!!

Dans la pratique, on a une belle suite au 4iéme étage avec terrasse/vue sur le Pacifique, un WIFI qui fonctionne du tonnerre, climatisation pour qui veut, micro-onde à dispo pour réchauffer les fabuleux plats du traiteur ( !,§ ?§%¨/0…) , café à gogo, machine à laver linge et sèche-linge à dispo, les dauphins qui viennent jouer sous nos fenêtres tous les jours et Cap’tain Syl nous a dégoté des couverts inox…. Que demande le peuple ?

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 6.jpg.
Notre séjour et la terrasse de la suite, plutôt cool !

JF est sérieux dans la gestion des équipes mais fait tout pour adoucir notre séjour.
Ainsi : le lundi soir, séance de cinéma plein air avec écran/vidéoprojecteur : KingKong en V.O.
Il a une bonne connaissance de la Polynésie, y a beaucoup voyagé…. Ce n’est pas le cas de beaucoup de polynésiens car les trajets inter-îles coutent très chers.
On a pu échanger à propos des Marquises, Tuamotu et même de l’île de Pâques où il a vécu.
Quand à Mopelia, il était tout retourné de nous voir en photo avec Albert qui est un oncle de sa femme…
On peut aussi l’appeler Huggy-les-bons-tuyaux pour les conseils et recommandations coté tourisme et vie pratique, c’est utile pour les p’ti nouveaux qui débarquent en Polynésie pour travailler comme le jeune couple d’infirmiers…
Mais le clou de la quarantaine ce sont les 2 cours de danse polynésienne assurés par Manu, l’intendant du bâtiment voisin mais surtout un véritable Maître de danse. Pour ne prendre aucun risque c’est uniquement avec les passagers d’un même vol.

Attention ça décoiffe…. Soyez indulgent, Merci d’avance. Je voudrais vous y voir !! Prise de vue Cap’tain Syl & Montage Mouss’Isa

J+8 test PCR par l’institut Malardé de Papeete : En 2 temps 3 mouvements la jeune femme visite les 2 narines : toujours un pur moment de plaisir…
J+9 : perception par le régisseur. Attention uniquement en numéraire ou par chèque. L’hôtel pratique le change sans frais si € en liquide sinon 5% sur CB. On appelle le desk et c’est JF qui fait le facteur…..
Comme on le dit toujours : faut avoir des billets en poche, la CB est toujours pénalisante !
Bref vous l’aurez compris l’ambiance est bonne, JF sympathique et il fait beau…
Nous avons donc pris le rythme de notre résidence surveillée dorée et du coup ça nous a permis de se recaler horaire tranquille….
Et puis c’est pour la bonne cause….
Par contre on a écouté les nouvelles mesures gouvernementales en vigueur à partir du 1er mai prochain :
La Polynésie s’ouvrira aux seuls touristes américains, si vaccinés sans quarantaine, si non vaccinés : 10 jours à l’ombre…
Pour toutes autres personnes il faudra encore justifier d’un motif impérieux, donc continuer à monter un dossier auprès du haut-commissariat avec quarantaine obligatoire à la clé…
Et différence de taille : la quarantaine se fera en centre non plus dédié mais agréé et le coût sera à frais réel, soit environ 3500€/pers, alors que nous c’est 500€/pers pour les 10 jours….

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 7.jpg.
Avec JF, en rouge, et un de nos gardiens…

Grand moment : les résultats du test PCR de l’institut Malardé : On est négatifs tous 2 : on sort demain…
J+10, sortie dès 6h du mat’, pas de temps à perdre notre avion est à 7h20, direction Raiatea, Oxygen, les copains, le Pacifique…

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 8.jpg.
Rédaction du blog sur le « petit » lit dans la suite de la quarantaine… dur, dur !!
Y en a même qui sont venus nous narguer, se pavaner sous nos fenêtres… Salauds de marins !
La magie des palmiers du jardin de la Quarantaine…..

Une réflexion sur “Avril 2021 : Quarantaine à Tahiti

  1. Laurent RENEVOT 24 avril 2021 / 10:35

    Bonjour Sylvain et Isabelle,
    Il y a pire comme zone de rétention.
    Prenez soin de vous pour la suite de votre voyage.
    Laurent

Répondre à Laurent RENEVOT Annuler la réponse.